BERENICE 34-44

$10.00

1 in stock

StumbleUponEmail

Description

Extrait

Elle ne racontera pas les regards entendus, les sourires de connivence. «Il n’y a pas de hasard», «C’était forcé», autant de formules attrapées au vol des centaines de fois, inaugurant la légende familiale selon laquelle l’appel du théâtre, qui fondit sur elle à six ans et qui dès lors ne la quitta plus, surgit de son prénom : Bérénice. Une seule personne osait se démarquer, par conviction, dérision ou plus sûrement par goût de jouer les esprits forts : «Heureusement que vous ne l’avez pas appelée Sapho, elle aurait été lesbienne», ironisait sa grand-mère Mathilde, qui avait des lettres et la plaisanterie facile, introduisant parfois une variante : «Vous croyez que si vous l’aviez appelée Isabelle, elle serait devenue catholique ?» L’allusion à Isabelle la catholique, reine maudite, chasseuse de Juifs en terre espagnole, était assurée de déchaîner les foudres de l’assemblée, catholique, dans la hiérarchie des valeurs de la famille Capel, étant presque plus répréhensible que lesbienne. Mais ce ne fut ni Sapho ni Isabelle, ce fut Bérénice, Gott zu dank, Dieu merci – enfin presque.
Elle ne racontera pas à ses petits-enfants ni même à ses enfants qu’elle vint au monde un 28 juin de l’an de grâce 1919, d’autant plus de grâce que c’était l’année, et mieux encore, le jour même du Traité de Versailles. En ce début de vingtième siècle, la France essayait de se convaincre que la Société des Nations tout juste créée allait apporter la paix dans le monde. «Ça avait été dur, mais cette fois c’était la der des ders, on en avait suffisamment bavé comme ça, terminé, l’Europe serait pacifique», ainsi disait son père et combien de milliers comme lui à l’unisson.
En ce samedi 28 juin 1919, cinq ans jour pour jour après l’assassinat de François-Ferdinand à Sarajevo, la France était suspendue aux nouvelles, vivant par le truchement des journaux ou des ondes radiophoniques l’arrivée des plénipotentiaires dans la galerie des Glaces, s’imprégnant gravement de la cérémonie historique de Versailles, attendant solennellement que la signature du Traité vienne laver la France de l’humiliation de 1871. Ça ne rendrait pas les morts, ça n’effacerait pas le froid, les vers, la souffrance, l’enfer, mais quand même, ils allaient payer.

Bien qu’il ait combattu dès 1914 – et avec orgueil encore, rendez-vous compte, servir la France, quoi de plus honorable pour un émigré juif-, qu’il en ait rapporté deux blessures, citation militaire et Croix de guerre, monsieur Capel avait en ce jour un autre souci en tête que le sort des Boches : sa femme accoucherait-elle d’un garçon ou d’une fille ? Si c’était un garçon, il se prénommerait Philippe, naturellement, comme le sauveur de Verdun. Si c’était une fille, le cas était tout aussi réglé, elle s’appellerait Bérénice. Parfaitement, comme l’héroïne de Racine, oui messieurs dames ! Il n’avait pas beaucoup lu, monsieur Capel, mais à la guerre, il s’était fait copain avec un instituteur. Un jeune gars épatant, qui avait lu des montagnes de livres et connaissait des poésies entières de mémoire. Hugo, Baudelaire, Verlaine, Verlaine surtout. Il y avait longtemps, au héder en Russie, où il avait appris à lire et à écrire, monsieur Capel avait rencontré un haver comme ça, capable de réciter la Torah par coeur. On lui disait le numéro d’un chapitre ou d’un verset et hop, il vous débitait le passage sans jamais se tromper. Même le rabbin, ça l’impressionnait. L’instit, lui, était goy et athée (peut-être même franc-maçon, comme quoi ça peut arriver à des gens très bien), alors il exerçait ses talents sur la littérature française – ce qui, si on y réfléchissait, était encore plus épatant que la Bible. Et avec ça, simple, pas prétentieux pour un sou, ne rechignant pas aux corvées, bon camarade, quoi. Louis, il s’appelait, un nom bien français, un nom de roi.
–Ce texte fait référence à l’édition

Broché
.

Additional information

Weight 198 oz
Dimensions 110 × 15 × 180 in
EAN

9782253179931

Devise

USD

Prix HT

10

TVA1

7.25

ID Disponiblité

1

Éditeur

LGF

Éditeur ISBN

2253

Collection

LITTERATURE

Code collection

LP 033555

Auteur

STIBBE ISABELLE

Support

Poche

Distributeur

HACHETTE LIVRE

Poids

198

Epaisseur

15

Largeur

110

Hauteur

180

Occasion

0

Nombre de pages

0

Reviews

There are no reviews yet.

Be the first to review “BERENICE 34-44”

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Join Waitlist We will inform you when the product arrives in stock. Just leave your valid email address below.
Email Quantity We won't share your address with anybody else.
0

Your Cart

X

Send this to a friend